Most Viewed

Categories



Header Ad

Gel des avoirs : l’UE invitée à agir contre Alpha Condé, Kassory et Cie…

BRUXELLES-La Commission de l’Union Européenne (UE) est invitée à geler les avoirs de plusieurs dignitaires du régime de Conakry, alors qu’un signalement a été adressé à la Cour Pénale Internationale afin d’enquêter sur les meurtres commis ces derniers mois  en Guinée.

C’est une demande express faite à l’endroit de l’instance exécutive de l’UE  par les avocats internationaux du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dans un courrier.

Ces avocats accusent le Président Alpha Condé, son Premier Ministre Kassory Fofana, les ministres Mohamed Diané (Défense), Damantang Albert Camara (Sécurité), Boureima Condé  (Administration du territoire) et le Député Amadou Damaro CAMARA d’être les responsables de la situation actuelle et des crimes commis au cours des  derniers mois en Guinée.

« Il n’est pas possible d’accepter la perpétuation de tels faits sauf à considérer que certaines autorités publiques peuvent impunément s’exonérer des obligations impératives tirées des règles et des principes de l’ordre public international », préviennent ces avocats.

Dans les faits, écrivent-ils, il est de l’ordre de l’évidence que les autorités guinéennes se sont affranchies, avec un rare mépris, des conseils, recommandations et avertissements prodigués notamment par les Nations-Unies, l’Union européenne, les Ambassades des Etats-Unis et de la France, dans une déclaration commune du 5 novembre 2019, et la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (…).

Pour prévenir les violations futures des droits de l’homme, ils demandent de punir les responsables de ces « actes répréhensibles », aux fins de les contraindre à respecter les obligations qui leur incombent en vertu du droit international.

 « C’est pourquoi, il est demandé à la Commission de prononcer le gel des avoirs qui sont détenus ou contrôlés, directement ou indirectement par les personnes désignées ci-dessus ou par des personnes ou entités agissant pour leur compte ou sous leurs ordres, ou par des entités détenues ou contrôlées par eux et de leur interdire tous voyages et/ou déplacements, quel qu’en soit le motif ou la cause sur le territoire de l’Union », indiquent les avocats du FNDC alors que le gouvernement guinéen via l’Ambassadeur de Guinée basé à Bruxelles a saisi la Commission de l’UE à travers une note verbale et un ‘Mémorandum’ accompagnée de photographies concernant les actes de violences commis en République de Guinée. Des violences qu’il a imputées à l’opposition.

Africaguinee

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password