Most Viewed

Categories



Header Ad

Beyrouth (Liban) : les explosions ont fait plus de 100 morts, plus de 4.000 blessés…

“APOCALYPSE” – Des explosions d’une rare violence sont survenues mardi 4 août à Beyrouth, faisant au moins une centaine de morts, des milliers de blessés et d’importants dégâts.

PLUS DE 100 MORTS, SELON LA CROIX ROUGE LIBANAISE

Les deux gigantesques explosions au port de Beyrouth qui ont dévasté mardi des quartiers entiers de la capitale libanaise ont fait au moins 100 morts et plus de 4.000 blessés, a indiqué mercredi la Croix Rouge libanaise.

“Jusqu’ici, plus de 4.000 personnes ont été blessées et plus de 100 ont été tuées. Nos équipes poursuivent leurs recherches et opérations de secours dans les zones environnantes”, a ajouté l’organisation dans un communiqué.

LE JOUR D’APRÈS

Sur place, Marine Brossard, reporter de LCI, témoigne de l’état de la ville au lendemain du drame. “La recherche des disparus sera cruciale” ce mercredi, alors que “les hôpitaux sont déjà surchargés”, et qu’une bonne partie de la ville est privée d’électricité, “un problème endémique” à Beyrouth. “Les Libanais en appellent à l’aide internationale.”

COMME UN SÉISME DE MAGNITUDE 3,3

La capitale libanaise, déclarée ville “sinistrée”, s’est réveillée sous le choc ce mercredi, après ces explosions d’une telle puissance qu’elles ont été enregistrées par les capteurs de l’institut américain de géophysique (USGS) comme un séisme de magnitude 3,3.

RECHERCHES DANS LES DÉCOMBRES

Dans les ruines fumantes du port de Beyrouth, au milieu des immeubles éventrés, les secouristes tentent de retrouver des victimes. Dans l’épicentre de l’explosion, le paysage reste apocalyptique : les conteneurs ressemblent à des boîtes de conserve tordues, les voitures sont calcinées, le sol jonché de valises et de papiers provenant des bureaux avoisinants, soufflés par l’explosion.

Des secouristes, épaulés par des agents de sécurité, ont cherché toute la nuit des survivants ou des morts coincés sous les décombres.

DU NITRATE D’AMMONIUM SERAIT A L’ORIGINE DE L’ACCIDENT

Le Premier ministre libanais annonce que les explosions de Beyrouth ont été causées par près de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium – un engrais chimique et également composant d’explosifs – non sécurisées dans un entrepôt pendant 6 ans. “Il est inadmissible qu’une cargaison de nitrate d’ammonium, estimée à 2750 tonnes, soit présente depuis six ans dans un entrepôt, sans mesures de précaution. C’est inacceptable et nous ne pouvons pas nous taire sur cette question”, a déclaré le chef du gouvernement durant la réunion du Conseil supérieur de défense, selon des propos rapportés par un porte-parole en conférence de presse.

“DES HÔPITAUX NE SONT PLUS EN MESURE D’EFFECTUER DES SOINS”

“J’étais hier avec des directeurs d’hôpitaux : les morgues étaient pleines, les urgences également”, indique sur LCI Vincent Gelot, responsable des projets pour l’Oeuvre d’Orient. “Cette crise arrive en même temps que celle du Covid, et certains hôpitaux était déjà saturés. L’urgence est d’essayer de sauver des vies”, mais “il y a énormément de morts et de blessés. Des hôpitaux ne sont plus en mesure d’effectuer des soins.”

UNE “DESCENTE AUX ENFERS”

“C’est apocalyptique, le souffle a été titanesque”, témoigne sur LCI Sybille Rizk, correspondante Le Figaro à Beyrouth. “Les habitants de Beyrouth connaissent tous des victimes, tous les hôpitaux sont saturés.”

“Ce drame abominable survient dans une période terrible, avec une crise économique et financière”, rappelle-t-elle. “C’est la descente aux enfers. Le Liban importe la quasi-totalité de ce qu’il consomme par le port de Beyrouth. Il va falloir agir dans l’urgence.”

“LA FRANCE EST ENGAGÉE”, ASSURE MACRON

“Nous déployons au Liban un détachement de la sécurité civile et plusieurs tonnes de matériel sanitaire”, a tweeté dans la nuit le président de la République. “Des urgentistes vont également rejoindre Beyrouth au plus vite pour renforcer les hôpitaux. La France est déjà engagée.”

LE SECOURS POPULAIRE DÉBLOQUE 100.000 EUROS

Le Secours populaire annonce débloquer “un premier fonds de 100.000 euros” en solidarité aux victimes des explosions et lance un appel aux dons. “Les dons financiers peuvent être envoyés au Secours populaire français dans tous les départements ou au 9/11, rue Froissart BP 3303, 75 123 Paris Cedex 03”, continue l’association.

HÔPITAUX DE CAMPAGNE

Selon l’Agence nationale d’information (Ani, officielle), trois hôpitaux de campagne vont être installés à Beyrouth, dont deux envoyés par le Qatar (1.000 lits au total) et un par l’Irak, rapporte L’Orient-Le Jour.

L’AMBASSADEUR DE FRANCE AU LIBAN EXPRIME SES CONDOLÉANCES

L’ambassadeur de France au Liban, Bruno Foucher, “exprime (ses) très sincères condoléances à toute la nation libanaise”. “La France comme toujours se tient aux côtés du Liban”, a-t-il tweeté, “une aide très importante est en cours d’acheminement.”

LCI

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password