Most Viewed

Categories



Header Ad

AVANCEMENT EN GRADES A LA POLICE : le Général Baffoé accusé de favoritisme

Tôt le matin du lundi 9 septembre, les autorités policières ont convoqué un rassemblement général de la troupe. Ce qui en soit est inhabituel au ministère de la Sécurité et la Protection civile qui tient les rassemblements tous les vendredis.

De fait, le dit rassemblement avait été convoqué d’urgence pour annoncer l’avancement en grades de plusieurs agents et officiers. Annonce qui suscité d’une part de la joie, et de l’autre de la frustration, au sein du personnel. La frustration a même davantage pesé que la joie. En effet, nous rapporte-t-on, la joie s’est surtout manifestée chez les agents des compagnies mobiles d’Intervention et de sécurité(CMIS), principaux bénéficiaires des avancements en question.

Il en suit le directeur général de la police nationale est accusé de favoritisme.  Le Contrôleur  Général Ansoumane Camara Alias Baffoé aurait réservé la part belle aux agents des CMIS dont il est issu.

« Dans cet avancement ce sont les agents des CMIS qui ont bénéficié comme  s’ils sont les seuls à la policeAlors il ya des officiers de sa promotion  qui sont encore au grade de capitaine, tandis que d’autres de la promotion 2008 sont passés Colonel. Depuis sa prise de fonction, le DG ne favorise que les agents des CMIS en tenues, véhicules et grades » a fulminé un agent dans l’anonymat.

Et l’accusation se propage. Au point que ce mardi, dans la cour du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, c’est un autre agent qui se lâche : « c’est très décevant de la part de nos autorités, pas plus de 10 personnes à la police routière qui ont bénéficié de ces grades alors qu’il n’ya pas de direction qui travaille ici plus que la routière et la police des frontières« 

De la publication, le lundi 9 septembre,  de cette décision autour du mât lors du rassemblement général d’urgence,  à ce mercredi 11 septembre, l’autorité n’a pas affiché la liste générale des personnes avancées en grades. Est-ce en raison d’appréhensions résultants des rumeurs de colères qui se murmurent au sein de la police nationale ou du fait de la peur d’une éventuelle révolte ? Difficile à dire. En tous les cas, les copies sont individuellement distribuées aux concernés.

Toutes nos tentatives pour  joindre les autorités de la police notamment le DG et le porte-parole sont restées vaines.

Ledjely.com

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password