Most Viewed

Categories



Header Ad

Meurtre à Dar Es Salam: “l’agent a dit qu’il va nous tuer avant de tirer sur mon ami”

Abdourahmane Diallo

CONAKRY- C’est la consternation dans la famille de Mamadou Saidou Diallo, tué d’une balle sur la tête, dans la soirée du mercredi 2 septembre 2020. Au moment des faits, Abdourahmane Diallo était présent. Rencontré ce jeudi 3 septembre 2020, dans la famille éplorée, il a livré un témoignage sur les circonstances de la mort de cet élève qui attendait les résultats du BEPC.

 «On était parti jouer au football. A la fin du match, on a raccompagné nos amis qui étaient venus de Dar-es-salam. Sur le chemin de retour, on a croisé des agents de maintien de l’ordre de la Bac (brigade anti criminalité) numéro 4. Un d’entre a crié on va vous tuer, on va vous tuer. Nous avons contourné leur chemin. Voyant ça, du coup, l’agent s’est mis à tirer. Mon ami Mamadou Saïdou Diallo a été touché par une balle au niveau de la tête.

Nous étions au niveau de l’endroit qu’on appelle communément Nétèhoun (un endroit bien connu à Dar-es-salam sur la route le Prince ndlr). C’est ainsi, nous avons couru pour l’aider. Mais, il était déjà mort. Nous l’avons directement envoyé à la morgue située la mosquée. De là, ils nous ont dit de l’envoyer à l’hôpital Jean Paul 2. Arrivés sur place, nous avons attendu quelques instants, les médecins ne nous ont rien dit.

Alors nous leur avons demandé l’ambulance. Ils ont dit qu’elle est en panne. Je suis sorti chercher un taxi. A mon retour, j’ai trouvé qu’ils ont apprêté l’ambulance. Nous nous sommes embarqués pour l’hôpital Sino-guinéen. Arrivé au niveau de l’abattoir de Kakimbo, ils nous ont dit que le carburant est fini. Nous avons acheté de l’essence avant de continuer», explique Abdourahmane Diallo, sous le choc.

Abdoul Malick Diallo pour Africaguinee.com

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password