Most Viewed

Categories



Header Ad

La Guinée dans l’attente du résultat référendaire, sur fond de tensions et de violences

Après le bras de fer pour et contre la tenue du référendum couplé aux législatives, les Guinéens sont dans l’attente des résultats officiels d’un double scrutin ayant entraîné des morts d’Hommes.

Les corps rejetés par les hôpitaux publics :

Au moins 11 cadavres, dont une jeune mère, en marge des violences de dimanche 22 mars, jour du scrutin. Les corps sont refusés systématiquement dans les morgues des hôpitaux publics, a dénoncé le FNDC dans un communiqué publié lundi matin 23 mars.

Le vote de dimanche est inédit en Guinée. Les législatives, couplées à un référendum constitutionnel dénoncé par l’opposition (UFDG, UFR)  et la société civile comme une manœuvre d’Alpha Condé pour rester au pouvoir

Le vote, prévu entre 08h 00 et 18h 00, n’a pas eu lieu dans plusieurs localités. Le matériel électoral est saccagé et incendié dès la veille, ainsi que des lieux abritant des bureaux de vote.

Face à l’escalade des violences par endroits, l’Armée interrompt le vote et récupère les kits électoraux. Le dépouillement et la centralisation des votes doivent se faire dans les mairies et camps militaires. C’est le désordre total, dans ces endroits.  Urnes, bulletins et autres kits électoraux superposés  çà et là, en plein air.

Les responsables de certains partis d’oppositions qui ont accepté d’aller à ces législatives, largement controversées, dénoncent une mascarade électorale. C’est le cas d’Ibrahima Sory Cissé, candidat uninominal du parti GDE à Kindia, au micro de Guinéematin. Abonde dans le même sens le responsable par intérim du PDG-RDA, sur le plateau d’espace TV.

Le directoire de campagne du RPG (au Pouvoir) a salué le bon déroulement du vote et remercié la bonne conduite des acteurs impliqués (CENI, USSEL, etc.)

Un lendemain électoral ensanglanté :

Lundi 23 mars, les émeutes ont repris. Essentiellement dans la banlieue de Conakry, à Mamou (centre), Labé (nord) et N’Nzérékoré (sud), au lendemain d’un double scrutin législatif et référendaire particulièrement meurtrier.

Des personnes sont encore blessées par balles, à bout portant, par les forces de défense et de sécurité renforcées.

Dans l’après-midi du lundi 23 mars, le Ministre de la sécurité et de la protection civile parle de six morts. Dont une femme tuée par balle à Ansoumania ; l’auteur du meurtre appréhendé « se dit être élève gendarme », à en croire Albert Damantang Camara, lors d’une conférence de presse. Ces morts, poursuit-il, sont  ceux « enregistrés au niveau des hôpitaux légalement habilités, c’est-à-dire qui ont des morgues à recevoir des victimes ».

Les autorités ne veulent pas donner des chiffres sur le nombre de morts, en occurrence,  à N’Nzérékoré, dans des violences à caractères ethniques et religieux.

L’église de Dorota y a été incendiée le soir du vote, d’autres également attaquées. Des édifices publics et privés sont saccagés et incendiés depuis dimanche, jour du scrutin.

Une dizaine de personnes sont mortes dans les affrontements à N’Zérékoré, selon des sources concordantes.

Les médias, également, s’abstiennent désormais, de faire un commentaire.

Ces affrontements à caractère ethniques ont secoué également Tobolon, dans la préfecture de Dubréka, non loin de Conakry. Des biens privés sont pillés et incendiés. Plusieurs personnes sont blessées par balles.

A Mamou (Centre), le maire qui accusé la police d’avoir tué par balle un adolescent dimanche 22 mars, a été convoqué et écroué.

Honorable Djéssira Traoré, député sous la bannière de l’UFDG à Mamou, a été arrêtée, puis libérée, moins d’une heure après. Dans cette « ville carrefour », des manifestants demandaient le départ d’Alpha Condé et de son gouvernement.

A Labé, des jeunes en colère ont incendié le domicile familial de Thierno Aliou Mosquée Diallo, candidat uninominal du RPG arc-en-ciel ( parti au pouvoir).

Le résultat référendaire pourrait être disponible ce soir, sur fond de tensions, de violences et de crise du coronavirus.

Boubacar Barry

Illustration: archives (c) Boubacar Barry

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password