Most Viewed

Categories



Header Ad

Proposition d’une date pour la présidentielle : ce qu’en pensent les ténors de l’opposition guinéenne

Vendredi 19 juin, la Commission électorale nationale indépendante ( CENI) a choisi la date du 18 octobre 2020 pour la tenue du premier tour des élections présidentielles en Guinée. L’organe de gestion des élections  compte bien avant épurer le fichier électoral en écartant les doublons, les mineurs et recenser ceux qui ont atteint nouvellement l’âge de la majorité. Les principaux partis d’opposition sont partagés entre doute et questionnement quant à la faisabilité et la qualité de ce scrutin.

L’opposition guinéenne a boudé les dernières élections du 22 mars dernier à cause du fichier électoral qui n’est pas selon elle propre et le couplage des législatives au référendum auquel elle était farouchement opposé. La CENI promet de rendre le fichier électoral propre avant le premier tour des élections présidentielles mais cet engagement ne semble pas rassurer les ténors de l’opposition.

Sidya Touré par exemple pense que la CENI fonctionne sous les ordres du pouvoir en place. Selon lui, c’est Alpha Condé qui a imposé cette date à la CENI. « Il n’y a pas eu de plénière ni rien pour fixer une date, c’est Alpha qui a donné l’ordre….», a déclaré le président de l’UFR au micro de nos confrères d’Espace TV.

Le leader du l’UFDG est également préoccupé par la qualité des élections attendues à la fin de l’année. Pour lui, il est primordial de régler la question du fichier dont la fiabilité est mis en cause non seulement par l’opposition mais aussi par les institutions internationales comme l’OIF, la CEDEAO, l’UE. Chez nos confrères de RFI, Cellou Dalein assure que son parti veut aller aux élections mais il faut, dit-il, que les conditions de transparence soient réunies d’abord. « Nous avons un problème sérieux avec le fichier électoral qui a été tripatouillé à plusieurs reprises, tout le monde le sait. Nous voulons aller aux élections mais nous voulons que  toutes les conditions d’un scrutin inclusif, transparent et juste soient réunies», exige Cellou Dalein qui demande au passage l’annulation pure et simple du double scrutin du 22 mars dernier.

Pour l’heure, le Président de la République n’a pas encore validé cette date proposée par la CENI. Alpha Condé qui a fait adopter une nouvelle constitution laisse planer le doute sur son éventuelle candidature pour un troisième mandat. C’est son parti, le RPG et le peuple qui vont décider s’il va se présenter ou non, avait-il déclaré lors d’une récente sortie médiatique.

TMBB pour voxmeteore.info

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password