Most Viewed

Categories



Header Ad

Ce maquis à ciel ouvert à Cosa qui draine des civils et hommes en tenue aux abords du camp Alpha Yaya

Bujumbura. Vous vous croirez au Burundi à entendre ce nom, mais non. Vous êtes en plein cœur de Conakry, dans la commune de Ratoma plus précisément au quartier Cosa. Ici, on se moque totalement des mesures restrictives établies par les autorités du pays pour faire face à la pandémie de Covid-19.

Bujumbura se situe entre la clôture de L’Ecole Militaire Interarmée (EMIA) du camp Alpha Yaya Diallo et les rails de la Compagnie des Bauxites de Kindia (CBK). 

Pendant que les autorités sanitaires se sont fixées pour objectif de venir à bout de la pandémie pendant 60 jours et malgré l’interdiction faite aux maquis d’ouvrir en cette période de crise sanitaire qui sévit dans le pays, chaque soir, c’est une ruée de clients, plus d’une centaine, pour boire, manger et certains pour fumer. Tout ceci, dans un parfait mépris des gestes barrières, notamment le port des masques et les attroupements.

Notre reporter a constaté la présence de certains corps habillés dans le lot des consommateurs. Eux à qui il revient de faire respecter ces mesures sanitaires.

Le plus étonnant est le fait que l’endroit n’est pas caché, donc visible de tous. Mais cela n’a jamais suscité ni l’attention ni une quelconque intervention des autorités pour faire freiner ces violations flagrantes des règles édictées.

Actujeune.com

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password