Header Ad

Most Viewed

Categories

Header Ad



Le directeur central de la DPJ, Abdoul Malick Koné, suspendu pour “faute lourde”

Abdoul Malik Koné est suspendu dimanche de son poste de directeur central de la police judiciaire pour « faute lourde ». Déjà, plusieurs appartenant à la police ne semblent pas apprécier son rigorisme .  

Abdoul Malick Koné est réputé pour son austérité et son bureau bien décoré, celui-ci « plus tapé » que ceux de certains ministres du pays. « Il (Malick Koné, ndlr) ne donne pas l’argent », dit-un policier.

La Guinée fait partie des pays les plus corrompus au monde ; la corruption est dans tous les secteurs, mais pire à la police où le plus souvent la vénalité remplace le droit. Le pays est tellement corrompu que le chef est mal aimé quand il ne partage pas l’argent, ou ne laisse pas la liberté à ses subordonnés de se faire de l’argent indu. En Guinée, où les salaires sont faibles, fermer les robinets, c’est se faire des ennemis. Malick serait dans cette situation. « Il est très bon dans son travail, mais il ne donne pas l’argent ».

Des policiers, sous le voile de l’anonymat parlent également de son bureau, « plus tapé » que ceux de certains ministres, comparent-ils. Peut-on l’envier pour son bureau ? Possible. C’est dans l’attitude du Guinéen de creuser et maintenir l’écart entre le patron et l’employé. J’ai entendu un travailleur dire «  je ne mange pas au restaurant où mon patron mange ». Et j’ai aussi entendu un patron dire « je ne bois le café sans lait, et j’achète à mon travailleur le café au lait ». Plusieurs travailleurs imprudents, en occurrence avec les commerçants, ont perdu leurs postes.

Selon plusieurs médias, Abdoul Malick Koné est limogé pour son refus de procéder à l’arrestation de son frère Badra Koné, vice maire de Kaloum et secrétaire national de la jeunesse du parti UFR (Union des forces républicaines). Celui-ci, dans une vidéo diffusée sur sa page facebook, critique amèrement le régime d’Alpha Condé. Un arrêté du ministre de la sécurité et de la protection civile, lu dans le 20h, parle plutôt de suspension pour “faute lourde”.

L’ex directeur de la DPJ serait également accusé d’avoir libéré certains membres du FNDC sans se référer à sa hiérarchie.

Sur le reproche du refus d’interpeller son frère, des policiers reconnaissent que c’est très dur de procéder à l’arrestation d’un membre de la famille. « Le service est éphémère, c’est vers ta famille que tu retourneras pendant ta retraite », justifient-ils. D’ailleurs, certains estiment que les autorités auraient dû envoyer d’autres services de la police ou de la gendarmerie. Badra Koné serait ainsi arrêté ce dimanche, après la suspension de son frère.

Samedi 12 octobre, plusieurs militants du FNDC, interpellés dans le cadre de la manifestation projetée lundi,  avaient été entendus à la DPJ sous la direction d’Abdoul Malick Koné, avant d’être conduits dans une destination inconnue.

Le parti de Badra Koné, l’UFR, membre du FNDC a appelé samedi ses militants à répondre massivement à la manifestation du lundi 14 octobre.

Dimanche 13 octobre, le FNDC dénonce une tentative d’intimidation et maintien la manifestation du lundi 14 sur toute la Guinée et à l’etranger.

A Conakry les forces de l’ordre sont déjà déployées Dimanche soir. Il était 20 h, à Cosa, un des points chauds des manifestations, cinq pick-up bondés d’hommes en uniforme dont certains cagoulés, étaient visibles, provoquant une sourde indignation chez les riverains qui vociféraient des injures à leur encontre.

Vendredi 11 octobre, le directeur général de la police nationale a, dans une note circulaire, interdit l’usage d’armes non conventionnels en menaçant tout contrevenant de répondre devant les juridictions. Toutefois, au sein des unités d’intervention, de maintien ou de rétablissement de l’ordre, des éléments incontrôlés ont fait usage d’armes à feu, faisant des blessés et des morts.

Les accrochages ont commencé depuis samedi soir dans certains quartiers de Conakry. On se dirige vers un lundi incertain. La peur est générale. Les citoyens se sont approvisionnés en nourriture jusque tard dans la soirée comme à la veille d’une fête. Certains ont déjà quitté les points chauds. Parce que ça risque de barder encore ce lundi.

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password