Most Viewed

Categories



Header Ad

Réouverture des classes : de l’incertitude dans le privé

Alors que la réouverture des classes d’examens et les universités est prévue le 29 juin prochain, les enseignants du privé durcissent le ton.

Ils menacent de boycotter la rentrée si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

C’est un autre front qui s’ouvre dans le système éducatif guinéen. Cette fois, c’est entre les enseignants et les fondateurs des écoles privées. Les premiers menacent de boycotter la rentrée des classes. Ils réclament le paiement de leurs salaires pendant la période de fermeture des classes provoquée par la pandémie. Organisés en collectif, ces enseignements ont déjà élaboré une plateforme revendicative. Pour reprendre le chemin de l’école, ils exigent le paiement de leurs salaires, l’enregistrement à la Caisse nationale de la Sécurité sociale et la signature d’un contrat de 12 mois au lieu de neuf. 

Accusant le gouvernement de les avoir abandonné pendant cette période difficile à la merci des fondateurs sans foi ni loi, ils envisagent de descendre à nouveau dans la rue pour se faire entendre, selon leur porte-parole.

L’association des fondateurs des écoles privées invite de son côté les enseignants à reprendre les cours et poursuivre en même temps les négociations pour améliorer leurs conditions de vie et de travail.

Au-delà de cette brouille entre enseignants et fondateurs, l’autre dilemme qui se posera, c’est la distanciation sociale. Car il faudra éclater les classes en sous groupes alors que l’enseignant est payé par heure. Les fondateurs devront mettre la main à la poche si toutefois cette mesure doit s’appliquer dans ces établissements scolaires. Ces facteurs réunis ne présagent pas une rentrée apaisée.

TMBB pour voxmeteore.info

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password