Header Ad

Most Viewed

Categories

Header Ad



Nouvelle Constitution en Guinée : Il voulait que le peuple s’exprime, et le peuple s’est enfin exprimé

Alpha Condé a toujours cherché à confondre sa volonté de présenter une nouvelle constitution à celle du peuple. Il a toujours dit que c’est le peuple qui doit s’exprimer sur la nécessité d’une nouvelle constitution qui lui permettrait de briguer un mandat de plus. Son deuxième et dernier, selon l’actuelle constitution, expire en 2020. Lundi 14 octobre, le peuple semble enfin s’exprimer.

C’était le véritable chaos ce lundi 14 octobre en Guinée, notamment à Conakry, en réponse à la déclaration d’Alpha Condé le 23 septembre à New York. Il invitait ses militants à se préparer pour aller au référendum et aux élections législatives, alors que les “consultations nationales” se poursuivaient à la Primature. Les populations ont massivement répondu à l’appel du FNDC (Front national pour la défense de la constitution), à manifester partout en Guinée et à l’étranger, contre le 3ème mandat d’Alpha Condé.

Malgré les PA (composés de la police, de la gendarmerie et l’armée) installés le long de la route Le Prince depuis fin 2018 et l’interdiction de manifester, en vigueur depuis juillet 2018, le peuple est sorti manifester. Les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont durée toute la journée dans les quartiers de Conakry et dans plusieurs villes de l’intérieur du pays.

Un bilan provisoire de la journée du lundi, mais très alarmant :

 4 morts, une cinquantaine de blessés par balles et plusieurs arrestations, selon Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition guinéenne. Le Gouvernement, quant à lui, parle de deux morts : un gendarme à Mamou et un civil à Conakry. Au moins 6 personnes seraient tuées lundi en Guinée (4 à Conakry et 2 à Mamou).

Dans une clinique à Conakry, nous y étions lundi à 16h , plusieurs blessés y étaient admis, certains par balles dont un qui en est mort. ” 11 blessés avaient reçu les soins nécessaires et libérés”, d’après les médecins, trois étaient alités dont deux par balles et un autre en état critique admis au bloc opératoire, a-t-on constaté sur place.

Plusieurs PA ont subi des attaques dont ceux de Hamadallaye et Koloma détruits et incendiés. « Le Chef d’État-major Général des Armées condamne fermement cette attitude irresponsable », de certains citoyens.

Appel au dialogue :

Après une journée meurtrière, Alpha Condé tend la main à l’opposition. Les responsables du FNDC à l’origine de la manifestation sont toujours en détention. Les leaders politiques, Sidya Touré et Cellou Dalein, empêchés de rejoindre la rue lundi, appellent à la poursuite des manifestations ce mardi.

Mardi 15 octobre, il est 07 h33,  des coups de feu sont encore entendus à Conakry.

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password