Most Viewed

Categories



Header Ad

Quartier Démoudoula : la rivière éponyme se meurt à petit feu par des remblais !

La pratique de la culture maraichère provoque des dégâts importants au niveau du lit de la rivière Démoudoula éponyme de ce quartier se trouvant dans la commune de Ratoma.  Des constructions anarchiques sont également visibles sur les lieux. Pourtant, Alpha Condé avait ordonné récemment le curage du lit du marigot. Des habitants qui souhaitent que Démoudoula continue à couler tranquillement accusent une famille d’être à l’origine de ces problèmes.

M.Tidiane Gueye, un habitant de Démoudoula, est aujourd’hui très remonté contre ceux qui agressent cette rivière. « La famille de feu Diallo Samba est en train de louer lopin de terre par lopin de terre aux gens qui sont en train de travailler dessus moyennant de l’argent. Je pense qu’après avoir vendu tous ce qu’ils avaient sous la main, ce n’est pas bon aujourd’hui de s’attaquer au marigot pour pouvoir faire un business. Ça c’est un patrimoine national, ce n’est pas à moi, ce n’est pas à Paul ni à Pierre, ce n’est pas aux gens seulement de Demoudoula», raconte M.Tidiane Gueye.

Mais Alseiny Diallo fils de feu Diallo Samba, la famille incriminée dans cette affaire, nie tout en bloc.« Mon papa est venu ici depuis les années 64. Depuis cette année, il travaillait au bas-fond. Nous, nous sommes nés et avons grandi en train de voir mon papa travailler là-bas. Nous aussi, nous y travaillons, mais on ne peut pas mettre le bas-fond en location. Si une personne vous dit que nous avons loué le bas-fond, je peux dire que c’est archifaux. Comme cette année, on n’a pas de lianes, on ne peut pas voir d’autres personnes qui en ont besoin et qui ont la possibilité de travailler et qu’on les empêche de travailler. Comme nous on n’a pas travaillé, on leur a donné une partie où ils peuvent travailler, raison pour laquelle il dit qu’on a désorienté le marigot. Le marigot n’a pas été désorienté, il est intact, même les anciens, les autochtones le savent. Lui, il vient à peine d’arriver, il n’a même pas fait 20 ans ici» , riposte Alseiny Diallo.

Mais la réalité est frappante sur le terrain. La rivière est effectivement menacée à cause des activités anthropiques.

Guineedirect

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password