Most Viewed

Categories



Header Ad

Mobilisation en Guinée pour le départ d’Alpha Condé: le point à Conakry à la mi-journée

Ce lundi 20 juillet, le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) appelle à une manifestation pour exiger le départ d’Alpha Condé du pouvoir. Le FNDC qui réunit l’essentiel des leaders de l’opposition, des plateformes de la société civile et des syndicats, soupçonne le président guinéen de vouloir briguer un troisième mandat à la tête du pays lors de la présidentielle prévue le 18 octobre 2020.

Sur le terrain, des affrontements ont été enregistrés dans plusieurs quartiers de Conakry, notamment sur l’axe Hamdallaye-Kagbélen. Plusieurs personnes ont été blessées dont certaines par balles. A wannindara des jeunes manifestants et forces de l’ordre se sont affrontés; jets de pierres par les manifestants contre lance-pierres, frondes et gaz des forces de l’ordre, sous une fine pluie.

Des agents de sécurité blessés:

A Sonfonia gare 2, trois agents de sécurité ont été blessés (deux policiers  et  un gendarme) par des pierres. Ces agents ont été transportés au camp Alpha Yaya pour des soins. Dans ce même quartier, des personnes ont été interpellées.


Cellou Dalein et Sano Confinés:

Comme on pouvait s’y attendre, les domiciles privés du président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) et du coordinateur national du FNDC ont été quadrillés par les forces de l’ordre. Ceci pour empêcher ces deux leaders et artisans de la mobilisation, de sortir dans la rue. Cellou Dalein à Dixinn et Abdouramane Sano à Soloprimo sont donc privés de liberté. Le gouvernement passe par cette méthode pour étouffer les manifestations politiques.

L’entrée du centre ville filtrée:

L’entrée de Kaloum, le centre administratif est filtrée. Des agents de la police et de la gendarmerie sont déployés en grand nombre au Pont 8 novembre pour filtrer toutes les entrées. Tous les véhicules sont fouillés et les motos interdites.

Conakry paralysé:

Même si son mot d’ordre de manifester n’a pas été largement suivi, le FNDC a tout de même réussi à paralyser la ville de Conakry. Les activités économiques et administratives tournent au ralenti. Marchés, boutiques, magasins, banques, assurances, restaurants et bars sont fermés, et les commerces qui ont ouvert, se comptant au bout des doigts. Par ailleurs, la circulation routière est quasi-inexistante au niveau de la route Le Prince et reste fluide sur l’Autoroute Fidel Castro. 


Thierno Sadou Diallo pour voxmeteore.info

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password