Most Viewed

Categories



Header Ad

Guinée: quid de la scolarisation des handicapés sensuels à l’intérieur du pays en l’absence d’écoles spéciales ?

La scolarisation des aveugles et malvoyants peut être possible à l’intérieur du pays malgré l’absence d’écoles spéciales.

Il est du devoir de l’État d’assurer la scolarisation de tous les enfants sans discrimination. Cependant en Guinée, les handicapés sensuels(sourds-muets, aveugles et malvoyants) n’ont pas la possibilité d’étudier dans les villes de l’intérieur du pays. Les écoles qui leur sont adaptées n’étant présentes qu’à Conakry.

Pourtant, pas besoin d’une école spéciale pour la scolarisation de cette couche. Pour ce qui est des aveugles et malvoyants par exemple, c’est l’éducation inclusive qui est en vogue dans les pays avancés.

A Labé comme dans les autres villes de l’intérieur du pays, beaucoup sont ces enfants frappés de cécité et qui sont privés de leur droit à l’éducation. Elhadj Bobo Barry, malvoyant âgé de 27 ans est étudiant à l’ISSEG(Institut supérieur des sciences de l’éducation) où il étudie avec des gens normaux. Natif de Labé où il a commencé ses études, il sera obligé de quitter l’école pendant qu’il faisait la cinquième année. “Mes problèmes d’yeux ne faisaient que s’aggraver. Je n’arrivais plus à voir les écritures au tableau et sur mon cahier. J’ai abandonné les études pendant plusieurs années avant que je n’aille à Conakry auprès de mon père. C’est là que j’ai su qu’il y’a une école spéciale pour les personnes de mon genre. On m’a donc inscrit là-bas, j’ai appris l’alphabet braille”.

Comme lui, Mamadou Lamarana Barry, la vingtaine a rencontré le même problème. Il a donc abandonné l’école en classe de septième. Ce jeune malvoyant a aussi une jeune sœur qui a le même problème d’yeux mais qui se bat tant bien que mal pour ne pas abandonner les cours. Ces derniers temps, le père de ces deux enfants Thierno Abdoulaye Barry qui est enseignant de profession a pu entrer en contact avec Elhadj Bobo Barry. Avec ses deux enfants, il leur a initié à l’alphabet braille avec l’appui d’une ONG étrangère. Ils ont également été formé en calcul et à l’utilisation de l’électronique (téléphones, ordinateurs) (image à la Une). “Associer les aveugles et malvoyants aux autres enfants normaux dans les mêmes classes, former quelques enseignants sur l’alphabet braille qui seront des intermédiaires entre les handicapés visuels et leurs maîtres surtout en période d’évaluation seraient une alternative pour assurer l’éducation de cette couche à travers le pays”, préconise Elhadj Bobo.

De Labé, Mamadou Kossa Sow pour voxmeteore.info

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password