Most Viewed

Categories



Header Ad

Impasse électorale en Guinée : l’UFDG propose, le RPG rejette, et la communauté internationale sollicitée…

L’émission Le débat africain sur Radio France Internationale de ce dimanche 1er novembre 2020 était consacrée à la crise post-électorale en Guinée. Ousmane Gaoual Diallo, directeur de la communication de l’UFDG, Rachid N’Diaye, ministre conseiller du président Alpha Condé et membre du parti au pouvoir, Alpha Diallo, président de l’Assomption des Blogueurs de Guinée ( ABLOGUI) et Alioune Tine, de Amnesty International ont échangé avec Alain Foka autour du processus électoral. Ils ont aussi proposé des pistes de solution pour une sortie de crise.

Pour l’ancien député uninominal de Gaoual, les problèmes ont été enregistrés au niveau des Commissions administratives de centralisation des votes. C’est pour cette raison qu’il pense qu’il faut recompter les voix, bureau de vote par bureau de vote. « S’ ils sont sûrs qu’ils ont gagné pourquoi ne pas accepter de compter les voix issues des urnes. C’est possible, après le dépouillement les urnes sont scellés et conservées pour une période….», propose Ousmane Gaoual Diallo. Il ajoute que la plupart des observateurs et les institutions ont émis des doutes sur la centralisation des votes. 

Une proposition rejetée par le représentant de la Mouvance présidentielle. Rachid N’Diaye prône le respect des institutions. Pour lui, après la CENI, c’est à la Cour constitutionnelle de trancher si elle est saisie dans le cadre du contentieux électoral.

Alioune Tine et Alpha Diallo sont quant à eux unanimes, il faut l’implication de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’ouest ( CEDEAO) et la communauté internationale pour résoudre le problème. Ils rappellent que la crise actuelle est en grande partie imputable à la candidature du président Condé pour un troisième. C’est pourquoi les positions des parties sont tranchées, disent-ils.

Le président Condé a été déclaré vainqueur de la présidentielle du 18 octobre dernier avec plus de 59% suffrages. Des résultats contestés par dix partis qui ont pris part au scrutin. Cellou Dalein Diallo avait indiqué avoir gagné. Des violences ont alors éclaté à Conakry et à l’intérieur du pays. Une trentaine de personnes ont perdu la vie, des arrestations arbitraires, des blessés et des biens détruits.

Les États-Unis, la France, l’Union Européenne ont émis des doutes quant à la crédibilité du scrutin. 

Aux dernières nouvelles, l’UFDG devrait déposer ce dimanche son recours auprès de la Cour constitutionnelle pour contester les résultats publiés par la CENI, sans pour autant espérer avoir gain de cause. 

voxmeteore.info

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password