Most Viewed

Categories



Header Ad

Kindia : le Cdt du Camp Samoroyah tué, des prisonniers libérés et des engins emportés !

A moins de 48 heures de l’élection présidentielle du dimanche 18 octobre des militaires se sont mutinés à Kindia (la capitale de la Basse Guinée, à 135 kilomètres de Conakry). Les deux camps et la prison ont été les cibles. Le commandant Mamadi Condé du camp Samoroyah a été tué, les assaillants auraient emporté des armes, d’après un correspondant local.

Selon Guineematin, “des hommes armés et en tenue militaire auraient surpris le commandant des forces en attente (un des redoutés corps d’élite de l’Armée guinéenne) au Camp Samoreya. Le colonel Mamadi Condé a perdu la vie au cours d’un échange de tirs. Ayant pris le dessus, les assaillants se seraient alors saisis du véhicule du colonel Condé qu’ils ont tué pour aller à l’armurerie où ils ont soustrait des armes…

Après Samoreya, les assaillants désormais lourdement armés auraient pris la direction du camp Kémé Boureima. Mais, le Général Ibrahima Kalil Condé, qui dirige cet autre camp militaire, aurait été sauvé par de nouvelles recrues qui l’auraient caché…

A la prison civile de Kindia, les mutins auraient réussi à faire libérer des militaires qui y étaient détenus. Des vrombissements d’armes ont réveillé les citoyens de la ville de Kindia et toutes sortes de rumeurs circulent. Mais, les plus plausibles seraient une affaire de prime des soldats Guinéens déployés au Mali dans le cadre de la lutte contre le terrorisme à Kidal”.

Le Ministère de la Défense Nationale a réagi à travers un communiqué. 

COMMUNIQUE-

Dans la nuit du jeudi 15 au vendredi 16 octobre 2020, des hommes armés ont ouvert le feu dans l’enceinte du Camp militaire de Samoreyah à Kindia blessant mortellement le colonel Mamady Condé (sur la photo), commandant du Bataillon spécial des commandos en attente de Somoreyah-BSCA.

Les Forces de défense ont immédiatement réagi pour sécuriser le camp et ses environs. La situation est sous contrôle à Kindia.

Des enquêtes sont ouvertes et les ratissages se poursuivent.

En cette douloureuse circonstance, le ministère de la Défense nationale présente ses condoléances les plus attristées à la famille éplorée, au président de la République, au chef d’État-major général des Armées et à l’ensemble des Forces de défense et de sécurité.

Le ministre d’État

Dr. Mohamed Diané 

    Laisse Ton Commentaire

    Your email address will not be published.*

    Header Ad


    Forgot Password